Le baril du musée part en voyage !

Le baril du Musée Français du Pétrole de Merkwiller à Lyon au Musée des Confluences !
Le 4 mars, le baril pièce emblématique du Musée Français du Pétrole est parti en voyage ! Pendant près d’un an, il intégrera l’exposition La Terre en héritage présentée à Lyon au Musée des Confluences du 2 avril 2021 au 13 février 2022, si les conditions sanitaires le permettent.
Inauguré fin 2014, le Musée des Confluences est un magnifique musée situé à la jonction du Rhône et de la Saône. Il raconte l’histoire de l’humanité : ses origines et son devenir, la diversité des cultures et civilisations, la place de l’être humain dans la chaîne du vivant, à travers la paléontologie, la minéralogie, la zoologie, l’ethnographie, l’archéologie, les sciences et techniques.
L’exposition La Terre en héritage recherche les origines de l’exploitation de l’environnement dans la période néolithique, période durant laquelle l’espèce humaine devient sédentaire et inaugure un nouveau rapport à la nature : domestication, agriculture, production de biens… Pour chacun de ces domaines, l’exposition fait le lien avec l’époque contemporaine qui, elle aussi, connait de grandes évolutions.
La Communauté de Communes Sauer-Pechelbronn, propriétaire des collections du musée, a donné son feu vert pour le prêt, en concertation avec l’association des Amis du Musée du Pétrole et la Conservation des musées du Parc naturel régional des Vosges du Nord. C’est ce service qui supervise le prêt et les formalités nécessaires : convention de prêt, avis sur la scénographie, constat d’état….. Le baril voyage dans une caisse sur mesure avec une entreprise de transport spécialisée dans le déplacement des collections muséales.
Ce baril est un tonneau en chêne avec un cerclage en fer forgé fabriqué sur place par l’atelier de tonnellerie de l’entreprise de Pechelbronn. Il date du début du 20e siècle.
Dans les années 1860-1870, jusqu’après la première guerre mondiale, en Alsace comme aux Etats-Unis, le pétrole était transporté dans des tonneaux en bois, qui avaient servi auparavant à d’autres produits : whisky, harengs… Les tonneaux pouvaient avoir différentes contenances, mais il fut convenu, notamment à Pechelbronn, d’utiliser des barils de 40 gallons américains c’est-à-dire 159 l, pour le transport et le négoce du pétrole. En 1971, les pays producteurs de pétrole décidèrent l’uniformisation de la valeur du baril à 159 l comme mesure universelle. De nos jours, le pétrole ne se transporte plus guère en barils, mais plutôt en oléoducs, tankers et camions citernes. Cependant l’unité de mesure officielle reste inchangée. Le cours du baril est fluctuant : début mars 2021, il dépasse les 60 $ (50 €) contre plus de 80 $ (66 €) fin 2018.

En participant à l’exposition du Musée des Confluences, ce baril de Pechelbronn fait la jonction entre l’Histoire et notre société actuelle. Il permet ainsi au Musée Français du Pétrole de rayonner bien au-delà de la Région Grand Est.